capsalera4

foto_fotografies_familiars

Antoni M. Alcover, figure éclectique, fut chercheur de thèmes d'histoire et culture de les Îles Baléares. En 1899 il fut nommé vice-président de la Société Archéologique «Lul·liana». De fait, grâce à son effort, onze volumes de Ramon Llull se publièrent. Il a été président pendant plusieurs d'années de la Junte du Patronat du Musée Archéologique Diocésain; il y prononça et il y organisa une longue série de cycles de conférences; celles-ci fussent, autour de 1920, la tâche de diffusion culturelle plus importante de la ville.

D’ailleurs, il avait une extraordinaire capacité pour travailler et un don spécial pour réussir impliquer véritables foules en les projets qu’il entreprenait.
D'autre bande, Alcover a collaboré à des publications périodiques et même il en dirigea. En 1884, Alcover accepta publier au hebdomadaire «El Tambor». En 1885 commença collaborer à «L’Àncora», journal catholique fondé en 1880 par le père Miquel Maura. Maura le dirigea jusque 1886, lorsqu'il fut succédé par Alcover. En 1890, Alcover participa à la fondation de la revue «El eco del santuario», de caractère principalement religieux. Il y publia les premiers contes populaires. Après, Alcover a continué en publiant les contes populaires au bulletin de la Société Archéologique «Lul·liana».
Les buts, les descriptions géographiques et les anecdotes de les sorties sont reflétés en plusieurs quotidiens, qui se publiaient majoritairement dans les pages du Bulletin du Dictionnaire de la Langue Catalane.
De fait, Alcover a publié à «L'Aurora», hebdomadaire de Manacor, entre 1910 et 1916. L'étape où Alcover intervint à «L'Aurora» coïncida avec ses années de maximum prestige; l'année antérieure, en 1909, il avait édité le cinquième volume du «Aplec de Rondalles Mallorquines». En 1910-1911, il a publié le VI tome du Bulletin du Dictionnaire de la Langue Catalane. En 1912, il a fait la deuxième sortie par les terres d'Europe, afin de consolider sa formation philologique. L'année suivante il a entrepris la dernière sortie par terres de France, Suisse et Italie. Les deux sorties à l'étranger sont expliquées ponctuellement dans «L'Aurora».
Quant à l'œuvre épistolaire d'Antoni M. Alcover, celle-ci comprend plus de 15.000 lettres. On y trouve autant contenus scientifiques que littéraires et populaires, et aussi correspondance familière. Celle-ci sont une preuve plus de l'immense capacité de ce grand personnage, de ce travailleur infatigable.


logo_alcover

Carrer del Pare Andreu Fernàndez, núm. 12 · 07500 Manacor · Tel/Fax: 662 320 444